JCE 2013: retour sur le projet d’implantation de vélos à Los Bueyes

JCE 2013: retour sur le projet d’implantation de vélos à Los Bueyes

Il y a près d’un an, Alexandre Raymond-Desjardins s’envolait la République dominicaine afin de participer au projet d’implantation d’une flotte de vélo organisé par le cégep de Saint-Jérôme. Le projet de coopération internationale a été soutenu en partie par le programme Jeune citoyen engagé de L’ŒUVRE LÉGER. Six participants étudiants du cégep ont travaillé à la mise sur pied de ce projet conjointement avec une autre initiative, aussi soutenue par JCE, visant à l’élaboration d’un réseau de sentiers pédestres dans un centre d’écotourisme dans la communauté rurale de Los Bueyes.

Pendant la préparation initiale du projet, les étudiants se sont rendu compte que le déplacement posait problème entre le lieu d’hébergement et l’espace où seraient développés les sentiers pédestres puisqu’au moins cinq à dix kilomètres séparent les deux endroits. Le groupe a ainsi eu l’idée de mettre sur pied une flotte de vélos recyclés à laisser sur place, initiative qui s’inscrit parfaitement dans la logique d’écotourisme du centre Sereño de la Montaña où ils allaient s’impliquer.  

Dans la petite communauté de Los Bueyes, il n’y a pas d’opportunité d’emploi pour les jeunes, si ce n’est au centre Sereño de la Montaña. « En nous rendant là-bas, on s’est rendu compte qu’en laissant la flotte de vélos, on aidait aussi au développement du centre et que ça pourrait éventuellement aider l’emploi au village », explique Alexandre. Lui-même fervent partisan de l’utilisation du vélo, il avoue que ses habiletés de mécanicien se sont énormément améliorées au cours du séjour. La mécanique des bicyclettes posait en effet un défi de taille pour les participants. Depuis plusieurs mois, ils s’évertuaient à remettre sur pied des vélos usagés. Mais après le transport en cargo et peu d’heures d’essai, les vélos ont subi l’épreuve de routes beaucoup plus cahoteuses que celles de Saint-Jérôme. « Ça a été vraiment décourageant au début de voir que les vélos n’allaient pas parfaitement. Mais finalement, remettre les vélos en ordre a été une très belle occasion de formation mécanique pour les Dominicains. » Cette épreuve a aussi permis aux participants de tout de suite pratiquer leur espagnol, autre défi à leur rencontre avec la population locale. Malgré la difficulté, Alexandre affirme que les habiletés que lui ont permis d’acquérir ce voyage sont innombrables : en plus de l’espagnol et des techniques de mécanique vélo, il avoue que ses capacités d’organisation sont maintenant hors pair. Comme quoi l’engagement étudiant ne permet pas seulement d’aider les autres, mais aussi d’acquérir des connaissances et habiletés utiles à la vie de tous les jours. Quant à l’engagement lui-même, Alexandre n’a qu’un seul message pour les autres jeunes tentés par l’expérience : « ça en vaut tellement la peine! »  

Finalement, profitons-en pour féliciter Alexandre et toute son équipe pour leur prix au concours Délirium Durable qui récompense les initiatives étudiantes aux retombées positives pour l’environnement. Bravo ! [http://cstj.qc.ca/2014/02/21/le-cstj-se-distingue-au-concours-delirium-durable/]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *