Un projet Jeune Citoyen Engagé (JCE) : La Frip-Mobile et les comités du cégep de Drummondville

Un projet Jeune Citoyen Engagé (JCE) : La Frip-Mobile et les comités du cégep de Drummondville

La Frip-mobile, les Verts de terre (le comité environnemental), le comité Épices et les cuisines collectives sont quatre comités du cégep de Drummondville animés par des jeunes engagés. Les quatre comités, dont deux ont été financés cette année par le programme JCE de L’ŒUVRE LÉGER, permettent notamment d’alimenter un fonds de partage qui vient en aide aux étudiants dans le besoin.

Les situations financières critiques des étudiants sont de plus en plus fréquentes depuis les cinq dernières années, selon la conseillère à la vie étudiante Annie Martin. Certains étudiants doivent manquer des cours parce qu’ils n’ont pas d’essence pour se déplacer, ils viennent à l’école affamés, ou ils manquent d’argent pour se procurer des livres scolaires. Avec des initiatives comme la friperie surnommée « Frip-mobile », les étudiants ont accès à des vêtements à prix modique, alors que les recettes sont versées au fonds de partage.

En plus de gérer leurs comités respectifs, ces étudiants engagés du cégep de Drummondville n’hésitent pas à organiser toute une série d’événements spéciaux pour aider leurs collègues étudiants, ou pour recueillir des fonds pour soutenir les efforts humanitaires à la suite du typhon en Philippines. L’engagement occupe indéniablement une place centrale dans la vie de ces étudiants. Mais s’ils sont guidés par leur désir de justice sociale, ils reconnaissent tout autant le rôle important que l’implication joue dans leurs vies personnelles.

Princesse est la responsable de Frip-mobile. Étudiante internationale, son arrivée à Drummondville n’a d’abord pas été facile :

Je venais d’arriver du Congo, en 2011. Je trouvais ça très difficile, à cause de la guerre chez moi. Si je ne m’étais pas impliquée, j’aurais échoué des cours et j’aurais perdu ma bourse. En m’impliquant, je me suis fait des amis, je me suis fait connaître. Depuis que je m’implique, ça a changé ma vie.

Visiblement passionnée par le travail qu’elle fait à la Frip-mobile, Princesse affirme être déterminée à continuer à s’impliquer dans sa communauté, même lorsqu’elle aura quitté le cégep dans quelques semaines. Quant à son collègue Adrien, il s’avoue « dépendant à l’implication »! Lui aussi a commencé à s’impliquer lorsqu’il a vécu des difficultés pendant son retour aux études. Sa dysphasie, un trouble de la communication, a été une épreuve supplémentaire à son retour à la vie étudiante. Il affirme que c’est grâce à son engagement qu’il a brisé l’isolement et qu’il a pu enrichir son expérience collégiale d’un réseau social.

Bravo aux jeunes du cégep de Drummondville pour leur engagement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *