Démarche de mieux-être par le développement durable

Démarche de mieux-être par le développement durable

Jeunes au travail, Laval

Terre d’accueil pour les jeunes décrocheurs lavallois, la ferme Jeunes au travail propose un parcours de six mois au cours duquel ils pourront développer leurs compétences personnelles, professionnelles et sociales.

À la suite de conflits avec sa mère, Amilie a dû quitter précipitamment la maison familiale à 18 ans pour aller s’établir à Baie-Comeau, loin de tout repère. Trois semaines après s’être trouvé un logement, elle a vu son copain la quitter, et son monde a basculé : elle s’est retrouvée seule, à tout payer, sans travail, avec des problèmes de consommation de drogue. Le retour chez sa mère à Laval représentait l’occasion de repartir à zéro et de se reconstruire :

« Ma tête et mon cœur étaient brisés, mais je voulais m’aider et avancer. »

– Amilie, participante à la ferme Jeunes au travail

Ce qui l’a le plus incitée à postuler pour un emploi est le climat familial qui régnait à la ferme. « C’était difficile au début parce que je devais respecter l’horaire établi, je n’avais jamais eu un travail rémunéré avant, et j’avais souvent mal parce que travailler à la ferme, c’est demandant physiquement. Mais je me suis adaptée, je n’ai pas lâché, je m’en étais fait un défi. Surtout, le suivi avec les éducateurs et les rencontres avec les intervenants m’ont permis de grandir et de prendre confiance », souligne Amilie.

La mission de Jeunes au travail est d’accompagner les participants dans un cheminement personnel qui prend la forme d’un parcours jumelant l’apprentissage et l’expérience du travail.

« On permet aux jeunes de devenir autonomes par le travail, mais également par le volet de la sécurité alimentaire. Tous les jeunes qui passent ici apprennent les rudiments de la cuisine. Ça s’inscrit dans notre perspective de réinsertion, mais aussi dans une démarche de mieux-être »

– Sylvain Melançon, directeur de l’organisme.

Grâce au fruit du travail des participants, l’organisme développe divers produits et services de qualité liés à l’agriculture biologique, à la transformation agroalimentaire, au service à la clientèle et à la fabrication de meubles ou d’objets en bois. De cette façon, Jeunes au travail vise l’intégration des jeunes au marché du travail ou la reprise des études.

Aujourd’hui, après avoir terminé ses quatrième et cinquième années du secondaire en seulement six mois, Amilie travaille l’avant-midi à la ferme comme aide-cuisinière et l’après-midi, elle se dirige vers les bancs de l’École hôtelière de Laval pour poursuivre ses études. Elle qui suivait attentivement les émissions de cuisine quand elle était plus jeune a eu un déclic : « J’ai toujours aimé l’univers de la cuisine. Je me suis souvenue lors de mon parcours que j’avais vraiment aimé mon passage dans la cuisine et je me suis lancée! »

La ferme Jeunes au Travail a un impact positif considérable sur la vie de jeunes décrocheurs de Laval comme Amilie. Depuis 2002, L’ŒUVRE LÉGER est fière partenaire de Jeunes au travail pour la prévention de l’itinérance dans le cadre de son volet en sécurité alimentaire.

page1Cet article est issu de l’édition hiver-2015-2016 du Bulletin d’information de L’ŒUVRE LÉGER – AIDE AUX SANS-ABRI. Pour lire la version intégrale du bulletin et découvrir tous les documents publiés par L’ŒUVRE LÉGER cette année, visitez la page Publications de notre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *