Projet de forage au Burkina Faso

Projet de forage au Burkina Faso

À Djibo, au Burkina Faso,  il fait souvent jusqu’à 50 degrés à l’ombre au moi de mai. L’air qu’on y respire est chaud et c’est la période des harmattans, ces vents très forts d’environ 200 km à l’heure qui emportent tout sur leur passage. Le sable s’envole, les terres sont dénudées, le paysage est désolant. Ces conditions climatiques particulières expliquent la pauvreté extrême dans le nord du Burkina Faso, un pays où la vie de la population dépend principalement de l’agriculture et de l’élevage.

Les Burkinabés luttent au quotidien pour améliorer leurs conditions de vie et s’adapter aux impacts des changements climatiques. L’éducation de leurs enfants est pour eux  une priorité afin de leur assurer un avenir meilleur. Les greniers étant épuisés depuis de nombreux mois, les enfants se rendent quotidiennement à l’école le ventre vide.

Afin de venir en aide aux enfants de la région, L’ŒUVRE LÉGER  soutient des organisations locales,  comme l’Association pour la protection de la nature au Sahel (APN), qui ont mis sur pied un projet de puits d’eau qui abreuve à lui seul une communauté complète. Installé près de l’école de Gargaboulé à Gargaboulé, le puits est mis à la disposition de plus de deux cents élèves et leur famille et est la seule source d’eau potable gratuite de la région.

Ce projet d’une importance capitale a été rendu possible grâce à l’appui de Monsieur Rock Vincent  qui a fait un généreux don à L’ŒUVRE LÉGER afin de lui permettre de coordonner le projet avec ses partenaires au Burkina Faso et des experts du Québec.

« Ce qui me guide dans la vie c’est d’aider les plus démunis, et ma priorité, ce sont les plus pauvres des plus pauvres, c’est-à-dire les populations qui n’ont pas accès aux soins de santé, à l’eau potable, qui vivent dans des conditions très précaires. En donnant, je ne suis pas plus pauvre, je me sens au contraire plus riche » tient à préciser M. Vincent.

L’ŒUVRE LÉGER aide les plus démunis d’ici et de partout dans le monde à retrouver leur dignité en leur apprenant à combattre la faim, la violence et la maladie, puis en leur donnant les outils nécessaires afin d’acquérir une autonomie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *