Un soutien destiné aux femmes vivant une première situation précaire

Un soutien destiné aux femmes vivant une première situation précaire

Auberge Madeleine, arrondissement Plateau Mont-Royal, Montréal

Souvent plus discrètes et cachées que les hommes sans domicile fixe, les femmes en situation d’itinérance seraient aujourd’hui plus nombreuses.

Pour aider celles qui vivent pour la première fois dans une grande précarité et éviter que leur situation ne se chronicise, L’ŒUVRE LÉGER et l’Auberge Madeleine se sont associées afin de lancer le projet Support intensif : sortir rapidement de l’itinérance. Un accompagnement dont a pu bénéficier Svetlana.

Arrivée au pays en 2007, Svetlana connaissait très peu le fonctionnement de son nouveau pays. Alors qu’elle était très vulnérable, cette méconnaissance linguistique, sociale et culturelle ne l’a pas aidée à aller chercher du soutien, mais l’a plutôt isolée.

« Dans ma culture, la femme a le devoir de rester avec son mari coûte que coûte. Je subissais beaucoup de violence physique, psychologique et je ne voyais pas d’issues possibles. Un jour, j’ai réalisé que mon mariage ne fonctionnait plus. J’ai appelé au CLSC et lorsque l’intervenante m’a demandé ce qui n’allait pas, je me suis mise à pleurer sans arrêt. Je réalisais que j’étais isolée, sans famille, sans amis, que j’allais être loin de mes enfants et que je ne savais pas ce qui allait m’arriver », explique-t-elle.

L’Auberge Madeleine, à Montréal, est un organisme qui accueille, héberge et soutient les femmes adultes seules en situation d’itinérance. Cristina y est intervenante accompagnatrice depuis 10 ans et est affectée au nouveau projet de prévention de l’itinérance.

« L’idée du projet est de soutenir des femmes qui, comme Svetlana, sont pour la première fois dans une très grande précarité, pour qu’elles sortent des refuges, des ressources et qu’elles évitent de rechuter. Pour y arriver, on leur offre un soutien très intense, parfois sur une base quotidienne. »

En plus des défis liés à l’adaptation à son nouveau milieu de vie, Svetlana devait trouver l’ouverture nécessaire pour se reconnaître non plus seulement comme mère, mais à titre de femme qui a des droits. « Même si cela a été difficile d’être séparée de mes enfants et de leur annoncer ma situation, ce cheminement m’a beaucoup renforcie. Aujourd’hui, je sens que j’ai la force et l’audace nécessaires pour affronter les difficultés, quelles qu’elles soient », explique-t-elle.

Pour Cristina, les besoins existants de même que la pertinence et les retombées bénéfiques du projet ne font aucun doute.

« Comme cela a été le cas pour Svetlana, ce projet permet aux femmes d’acquérir des outils selon une approche féministe pour des résultats positifs. » Grâce à ce partenariat entre l’Auberge Madeleine et L’ŒUVRE LÉGER, près de 50 femmes ont pu être accompagnées depuis janvier 2016.

Cet article est issu de l’édition Hiver 2017 du Bulletin d’information de L’ŒUVRE LÉGER AIDE AUX SANS-ABRI. Pour lire la version intégrale du bulletin et découvrir tous les documents publiés par L’ŒUVRE LÉGER cette année, visitez la page Publications de notre site.

Laisser un commentaire