Œuvrer ensemble contre la faim

Œuvrer ensemble contre la faim

L’insécurité alimentaire au Québec

Selon le Bilan-Faim 2016 des Banques Alimentaires du Québec, près de 1.8 million de demandes d’aide alimentaire sont faites à chaque mois dans la province. C’est presque le quart de la population du Québec. Pourtant, manger ne devrait pas être un luxe, c’est un droit fondamental.

Les enfants sont d’autant plus touchés par cette situation. Avec le programme Nourrir un enfant, nous appuyons 32 organismes de chez nous qui changent la vie d’enfants et de leur famille qui font face à la pauvreté et à la faim ici au Québec. Ces organismes offrent plus que des repas et des collations. Ils proposent des services et des activités qui aident au développement affectif, intellectuel et social des enfants. Ils aident les parents à trouver un travail, donnent accès à des aliments nutritifs à moindre coût et permettent de cuisiner à moindre frais.

Parmi les organismes que nous soutenons dans leur mission, Mères et Monde, dans la région de la Capitale-Nationale vient en aide aux jeunes mères monoparentales en proie à l’isolement, à la pauvreté et à l’épuisement. L’organisme propose de l’hébergement à long terme dans un environnement dynamique, propice à l’apprentissage et à l’engagement. Il permet aux jeunes mères et à leurs enfants de se regrouper autour de cours d’informatique, d’ateliers de développement des habiletés parentales, d’activités éducatives en alimentation et de gestion de cuisines collectives.

Ces initiatives contribuent au développement de saines habitudes alimentaires tout en diminuant la dépendance à l’égard des banques alimentaires, qui peinent présentement à fournir à la demande grandissante partout au Québec.

L’insécurité alimentaire dans le monde

Comment assurer l’alimentation, la santé et l’éducation de ses enfants quand on vit dans une grande pauvreté, encore aggravée par l’insécurité climatique? C’est le combat de beaucoup de parents partout dans le monde. Les projets de développement durable que nous réalisons avec des partenaires locaux expérimentés à l’international contribuent à favoriser la sécurité alimentaire de ces populations vulnérables dans les pays en voie de développement.

Regroupant des partenaires locaux et canadiens, le projet Innovation et Mobilisation pour la Sécurité Alimentaire (IMSA) répond durablement aux besoins des familles paysannes, en différenciant ceux des femmes. D’une durée de 5 ans, il permet de mettre à l’échelle et de répliquer des modèles d’intervention déjà éprouvés dans d’autres zones à risques. Parmi les grands objectifs : l’amélioration des capacités des organisations paysannes et du rendement agricole, ainsi que l’augmentation du revenu des ménages et du pouvoir d’achat des femmes. D’ici 2020, nous espérons que 35 000 personnes, dont 7 000 producteurs, bénéficieront du projet IMSA au Pérou, en Bolivie et au Burkina Faso.

« Les 400 participantes au projet de L’ŒUVRE LÉGER au Burkina Faso forment la première brigade des pionnières de la lutte pour la sécurité alimentaire. Lorsqu’elles ont les ressources pour réaliser leur plein potentiel, ces femmes fortes, autonomes et engagées deviennent les plus puissantes agentes de changement, de développement et de paix. Elles sont les piliers sur lesquels nous nous appuyons pour nous attaquer à la pauvreté et aux inégalités, composer avec les changements climatiques et accroître la paix et la sécurité dans le monde. »

– Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie

La famine au Cameroun

Plus de 34 millions de personnes en Afrique et au Yémen font actuellement face à une grave crise alimentaire qui menace leur vie. Les populations de plusieurs pays touchés, dont le Nigeria, le Soudan du Sud et le Cameroun, sont déplacées par le conflit, ont perdu les moyens de nourrir leur famille, ou encore ont de plus en plus de difficulté à trouver des sources d’eau potable pour répondre à leurs besoins. Ces pays sont ainsi aux prises avec une menace grandissante de famine et leur population risque de mourir de faim.

Grâce à notre projet de Réponse d’urgence intégrée pour les populations vulnérables, déplacées et locales, affectées par la crise dans l’Extrême-Nord du Cameroun, nous répondons actuellement aux besoins humanitaires de plus de 40 000 personnes dans la région. Mais nous désirons agir pour accroitre notre réponse en fournissant une aide d’urgence supplémentaire aux communautés menacées par la famine. C’est pourquoi nous avons besoin de votre aide pour passer à l’action rapidement!

Jusqu’au 30 juin 2017, le gouvernement du Canada doublera tous les dons amassés par L’ŒUVRE LÉGER ou d’autres organismes de bienfaisance admissibles pour répondre à la crise de la famine.

Faites un don pour #UrgenceCameroun et aidez-nous à sauver des vies!

Laisser un commentaire