L’intégration par la sécurité alimentaire

L’intégration par la sécurité alimentaire

Cuisines et vie collectives Saint-Roch, Parc-Extension, Montréal

Reconnu autrefois comme « la petite Grèce » à Montréal, le quartier Parc-Extension est aujourd’hui représenté par une mosaïque de cultures, notamment de l’Inde, du Sri Lanka, du Bangladesh et du Pakistan.

Le défi du multiculturalisme dans ce quartier, le plus pauvre au Canada et l’un des plus densément peuplés de Montréal, amène son lot de difficultés, notamment sur le plan des conditions de vie des citoyens. Or, ces derniers peuvent compter sur le soutien de Cuisines et vie collectives Saint-Roch.

En effet, cet organisme dynamique œuvre depuis près de 25 ans auprès des personnes et des familles du quartier Parc-Extension par l’entremise d’un réseau d’entraide fort, organisé autour de diverses initiatives visant la sécurité et l’autonomie alimentaires.

« Avec une aussi forte proportion d’immigrants – plus d’une centaine d’ethnies différentes –, on peut dire que le quartier rime avec multiculturalisme. Notre objectif est de favoriser l’intégration de tous ces gens à leur nouveau milieu de vie et de les introduire auprès de la société québécoise. Linguistiquement, des fois, ça peut être compliqué [rires], mais on trouve toujours une façon de se comprendre », résume Gloria Fernandes, directrice de Cuisines et vie collectives Saint-Roch.

Pour prendre en charge ces personnes et leur permettre une meilleure qualité de vie, l’organisme propose des cuisines collectives, des ateliers, des cours, des formations et des activités sociales. Avec l’aide de L’ŒUVRE LÉGER, il a pu consolider le volet des cuisines collectives et offrir encore plus d’activités d’éducation populaire.

« Le soutien de L’ŒUVRE LÉGER représente beaucoup. D’un point de vue organisationnel, son appui et son accompagnement nous permettent de nous améliorer continuellement en matière de gestion. D’un point de vue financier, L’ŒUVRE LÉGER nous permet de consolider notre programmation et de proposer encore plus d’initiatives », souligne Mme Fernandes.

Déjà, les résultats sont au rendez-vous : le nombre d’actions pour contrer l’insécurité alimentaire et favoriser l’intégration des immigrants s’est multiplié, plus de personnes bénéficient des cuisines collectives, la liste d’attente a diminué et la participation des citoyens à l’ensemble des initiatives a augmenté. Et question de susciter encore plus de dynamisme dans le quartier, un important réseau d’entraide a été créé par les différents participants pour assurer une meilleure synergie et une solidarité renforcée, au plus grand bonheur des citoyens de Parc-Extension.

Cet article est issu de l’édition mars 2017 du Bulletin d’information de L’ŒUVRE LÉGER AU QUÉBEC. Pour lire la version intégrale du bulletin et découvrir tous les documents publiés par L’ŒUVRE LÉGER cette année, visitez la page Publications de notre site.

Laisser un commentaire