Déserts alimentaires d’ici et d’ailleurs

Déserts alimentaires d’ici et d’ailleurs

En février dernier, nos collègues Moustapha Dembele et Marie-Ève Laramée ont entamé un tout nouveau projet en éducation à la citoyenneté mondiale, Déserts alimentaires d’ici et d’ailleurs – DAIA. En partenariat avec SUCO, le Carrefour Jeunesse-Emploi du Sud-Ouest, Funambules Médias et la Coalition de la Petite-Bourgogne, le projet propose à de jeunes adultes en insertion socioprofessionnelle de réfléchir sur la tension entre l’accessibilité et la durabilité au cœur des systèmes d’alimentation au Québec, comme dans le monde.

Un désert alimentaire est un secteur où les habitants n’ont pas accès à des sources d’aliments sains à un coût acceptable – notamment, fruits et légumes frais, – et dont la population est défavorisée socioéconomiquement. Ces zones ne se situent pas seulement dans des régions éloignées : plusieurs secteurs de Montréal sont considérés comme des déserts alimentaires, dont certains quartiers du Sud-Ouest.

À travers des ateliers de formation et de sensibilisation, des visites d’initiatives, puis la réalisation d’un documentaire, les personnes participantes au projet DAIA sont amenées, entre autres, à réfléchir sur leurs comportements de consommation alimentaire.

Le groupe du projet DAIA a visité plusieurs initiatives lors de la première phase du projet.

La première phase du projet, qui se terminait en mars avec un atelier dans les bureaux de L’ŒUVRE LÉGER, permettait aux jeunes de se familiariser avec les concepts liés aux déserts alimentaires et de visiter des initiatives inspirantes. Parmi elles, mentionnons Semis Urbain, LOCO, la Maison d’Entraide St-Paul & Émard, et Partageons l’Espoir. C’est grâce à des rencontres avec ces différents acteurs inspirants du domaine communautaire et entrepreneurial que les jeunes ont pu s’éveiller à des thématiques aussi diverses que l’agriculture durable, le mode de vie zéro déchet, l’alimentation biologique et locale et aux différences entre la sécurité alimentaire, la souveraineté alimentaire et l’autonomie alimentaire.

En deuxième phase, les jeunes ont été initiés aux techniques de tournage.

La deuxième étape pour Stéphanie, Étienne, Thierry, Gabriel, Sahil et Jérémy est présentement en cours. Avec l’accompagnement de Funambules Médias, ils travaillent à créer un documentaire en s’inspirant de ce qu’ils ont appris dans les dernières semaines. En un court laps de temps, ils ont appris l’essentiel de la création de documentaire. Après avoir été introduits au documentaire social, ils ont appris les bases de la scénarisation et des techniques d’entrevue, de caméra et de son. Grâce à Josué Bertolino de l’équipe de Funambules Médias, ils sont maintenant à l’aise avec le maniement d’une caméra et d’une perche. Après le tournage dans le quartier du Sud-Ouest et auprès d’initiatives inspirantes, ils débutent le montage afin de nous présenter un résultat final de leurs apprentissages que nous avons très hâte de voir.

Vous aimeriez voir les résultats de ce projet également? Ça tombe bien, des diffusions sont prévues cet été à Cinéma sous les étoiles, au Festival Longue vue sur le court, et lors de divers événements. Suivez-nous sur Facebook afin d’être avisé des prochaines diffusions!

Laisser un commentaire