Innover pour la sécurité alimentaire

Innover pour la sécurité alimentaire

Débuté en avril 2015 grâce au soutien financier d’Affaires Mondiales Canada, notre programme Innovation et mobilisation pour la sécurité alimentaire (IMSA) en est maintenant à mi-parcours. Et les résultants sont plus qu’encourageants!

Qu’est-ce que l’IMSA?

Motivés à changer positivement le sort des familles paysannes vivant dans un contexte de grande pauvreté et d’insécurité climatique, nous avons décidé en 2015 de mettre en place un projet novateur en sécurité alimentaire dans trois régions particulièrement vulnérables : la Bolivie, le Pérou et le Burkina Faso.

Le programme Innovation et mobilisation pour la sécurité alimentaire (IMSA) a pour principales préoccupations l’accès équitable et durable aux ressources naturelles disponibles et le développement de l’agriculture. L’accent est aussi mis sur la formation et l’accompagnement des producteurs agricoles afin qu’ils parviennent à utiliser des technologies qui les rendent plus résilients aux changements climatiques.

Au final, c’est la sécurité alimentaire des femmes, des hommes et des enfants des pays ciblés qui sera améliorée de façon durable.

Le projet avance très bien!

Un peu moins de 3 ans après la mise en place du programme et grâce au travail exceptionnel des partenaires que nous avons sur le terrain, notre cible est déjà atteinte! En effet, en septembre 2017, un total de 7310 producteurs et productrices agricoles (soit 104,4% des 7000 ciblés sur les 5 ans), ont été rejoints par le projet. Sur ces 7310 producteurs et productrices, plus de la moitié ont adapté leurs méthodes de travail aux changements climatiques et utilisent maintenant des outils de meilleure qualité.

En Bolivie, 422 producteurs et productrices ont entrepris d’élargir leur production destinée à leur propre consommation. En plus de la production laitière, ils ont donc cultivé 40 067 kilos de cérérales (telles que le quinoa) et 31 345 kilos de légumes. Une avancée pour eux et elles au niveau de leur sécurité alimentaire et économique!

Au Pérou, grâce à l’amélioration génétique du bétail et à l’augmentation de nouvelles surfaces cultivées, les 1905 producteurs et productrices appuyés par notre partenaire CINDES produisent maintenant plus de 8 millions de litres de lait par année. Une augmentation significative de 46% de la production!

Au Burkina Faso, un total de 2707 producteurs et productrices ont déjà participé aux nombreuses activités réalisées depuis les débuts du projet IMSA. Parmi les grandes réalisations de nos partenaires dans le cadre du projet, on compte l’acquisition par APIL de nouvelles certifications biologiques. Cette certification permettra aux producteurs et productrices de fournir aux consommateurs des aliments sains et de qualité et aussi d’augmenter leurs revenus puisque ces produits ont une meilleure valeur à la vente.

Un projet qui met les femmes à l’avant-plan

L’un des aspects de l’IMSA qui nous tient à cœur est celui de l’égalité des genres. Les stratégies élaborées par les organisations partenaires tant au Burkina Faso que dans la région andine ont apporté des changements positifs sur ce plan.

Depuis juin 2015, 7310 partenaires/bénéficiaires participant activement aux activités et aux bénéfices du projet dans les trois pays ciblés. Parmi eux, 4337, soit près de 60% sont des femmes et des filles dont 15% ont moins de trente ans.

Au Pérou, la production laitière étant principalement la responsabilité des femmes dans les zones d’intervention, c’est donc près de 75% des partenaires locaux de CINDES qui sont des femmes. Le projet IMSA contribue à améliorer la production laitière en dotant les productrices de nouvelles technologies plus performantes.

Un appui à la transformation du lait en fromage apporte aussi une valeur ajoutée à la matière première (lait) et permet aux femmes de diversifier leurs sources de revenus. De plus, l’augmentation du cheptel réalisée grâce à l’insémination artificielle du bétail permet aux femmes de vendre une partie du bétail et générer des revenus additionnels importants (jusqu’à $500 US pour une vache).

De l’importance de s’adapter aux changements climatiques

Les premiers résultats environnementaux du projet aussi sont très encourageants. On peut déjà voir l’impact à long terme de nos actions avec nos partenaires. En plus de bénéficier d’un meilleur accès à l’eau et d’être en mesure d’exploiter de nouvelles parcelles de terre, un grand nombre de producteurs et productrices agricoles avec qui nous travaillons ont été formées à la conservation de sols et aux systèmes de production résilients aux changements climatiques.

Au Burkina Faso, la promotion des pratiques culturales résilientes aux changements climatiques demeure la principale stratégie adoptée par nos partenaires. L’utilisation de techniques de conservation des eaux et des sols a permis à ceux qui les ont utilisées de sauver une partie de leurs cultures.

En Bolivie, l’adoption des nouvelles pratiques de diversification de la production agricole ont été installées dans chaque zone. Différentes alternatives et innovations sont utilisées, telles les semences précoces, l’hydrogel et les systèmes d’irrigation pour le quinoa, la cañahua et les produits maraîchers.

Au Pérou, l’installation de réservoirs d’eau et de citernes pour l’irrigation des cultures, le reboisement et la collecte d’eau de pluie constituent les principales stratégies d’atténuation du risque lié à la rareté de l’eau.

Des initiatives novatrices au sein de l’IMSA

Les biodigesteurs construits dans le cadre du projet IMSA au Burkina Faso permettent la production de biogaz, une alternative énergétique au bois de chauffe pour les ménages ruraux. Suite à l’installation d’un biodigesteur au Nord du pays, madame Ouédraogo Habibou dit Sapoka, a récemment établi un nouveau restaurant à Bouli dans la commune de Thiou en faisant sa cuisson à partir du biogaz produit par son biodigesteur. Ce restaurant répond aux besoins des membres de la communauté. Aussi, la disponibilité de la source d’énergie (biogaz) et des produits frais (légumes), favorisée par les activités du projet IMSA, ont été des facteurs déterminants pour la création du restaurant.

Voilà une initiative qui, en plus d’offrir une nouvelle source de revenu à Sapoka, apporte de nouveaux services et améliore la vie de la communauté.

Vous souhaitez en savoir plus sur notre programme Innovation et mobilisation pour la sécurité alimentaire (IMSA)? Nous vous invitons à consulter la brochure du programme ou à nous contacter directement à l’adresse info@leger.org

Laisser un commentaire